Où sommes-nous


Petite histoire de Saint-Amour

Le nom évocateur de Saint-Amour est hérité de celui du soldat romain Amor converti au christianisme qui, fuyant les massacres du Valais suisse, se réfugia en Gaule. Il fonda un monastère installé sur le piton dominant la vallée de la Saône. La culture de la vigne trouve ses origines au Moyen-âge avec les ordres religieux du Chapitre de Saint-Vincent de Mâcon.

A la Révolution, en 1793 exactement, le nom de Saint-Amour disparaît et on l’appelle Bellevue. Cela ne durera que 3 ans, avant que la commune ne retrouve son nom, et devienne Saint-Amour-Bellevue.

L’AOC Saint-Amour naît par décret le 8 février 1946 sous la houlette de Louis Dailly, convaincu du caractère remarquable du terroir. Aujourd’hui figure de proue des Crus du Beaujolais, le Saint-Amour a fortement grandi en notoriété.

Le Cru Saint-Amour se situe sur la commune de Saint-Amour-Bellevue (71).

Les sols sont marqués par une grande diversité car ils peuvent être composés d’argiles d’alluvions anciennes ou d’argiles à silex mais aussi de grès, de granit et de schistes voire même de roches calcaires. L’altitude est de 240 à 320m avec des pentes moyennes et modérées.

Le Saint-Amour est d’un point de vue morphologique et lithologique, à la fois complexe et varié. On y croise plusieurs unités géologiques avant d’atteindre les formations de piémonts et alluvions.

De part et d’autre du granit et de ses sols sableux, voire sablo- argileux, les méta-diorites et méta-basaltes des « pierres bleues » se mêlent à d’autres roches d’apparence siliceuses grises-rosées. Très hétérogènes, ces terrains ont toutefois une typicité forte,

Domaine des Pins :

Surface :
Saint-Amour AOP : 8 ha.
Beaujolais villages Blanc : 0,3 ha.
Crémant de Bourgogne : 0,6 ha.

Sols variés : grès en surface et argiles en profondeur à la Folie et aux Cornillons, alluvions et piémonts anciens En Guinchay, aux Plasses et aux Pochieux, granits au Bonet et Tête de Bonet .